jeudi 3 février 2011

Dans ta gueule


rétabli d'un mal de dos qui m'avait bien fait chier durant près de 7 mois, j'ai repris le sport en janvier. Une sorte de bonne résolution teintée d'une envie de refaire hurler mon corps.
Chaussant donc les baskets de course, j'ai foncé vers le parc Monceau, tel un sportif de haut niveau revenant de blessure. Le problème, c'est que j'avais oublié de bien lacer mes baskets. Entraîné par mon enthousiasme débordant (et ma fougue bien connue), j'ai couru vite, très vite, trop vite et me suis cassé la gueule comme une merde.
Fort heureusement, il était 8 heures du matin. Il faisait froid et seules quelques personnes - très bien élevées - m'ont vu m'écrouler. Il s'en est fallu de peu que ma réputation ne soit ruinée. Mais tel le phénix coureur, je renais de mes cendres et vous raconterai bientôt comment j'ai fait la connaissance de deux joggers américains qui souhaitaient m'amener dans une boîte de nuit pas très lopin de chez moi.

Voilà que je fais dans le social maintenant...

Allons bon, je fais dans le social. Moi qui déteste les éduc spé et leur esprit de baba cool, les assistantes sociales qui n'en branlent pas une et tous les alter-mondialistes de mes deux... Mais bon, comme j'ai la chance d'être dans un métier où je rencontre des gens très différents, j'ai fait la connaissance d'un jeune homme de 75 ans qui se bouge pour trouver du taf aux gamins de banlieue. Idem, mes bottes de publicitaire m'ont amenée à rencontrer une asso qui aide les aveugles à apprendre la musique. Certes, ce n'est pas pour autant que je vais changer de métier, mais quand même, ça fait du bien de rencontrer des têtes moins obnubilées par l'argent* que le genre humain.

PS : non, je n'ai toujours pas viré UMP

* je balaye devant ma porte : j'en fais partie