mardi 19 janvier 2010

J'ai vraiment de la chance

Hier soir, j'ai rencontré Etienne Daho dans un bar. En rentrant, 4 chaises très belles en bois trônaient dans le hall de mon immeuble. Figurez-vous que j'avais cassé deux chaises la semaine dernière. Alors je ne me suis pas fait prier et je les ai embarquées. Elles trônent désormais dans mon salon. Héhé.
Mais ce n'est pas tout. La semaine dernière, la grosse caisse de ma batterie s'est cassé. Un truc un peu con, mais ça arrive. C'est alors que je l'ai bricolée et, miracle, j'ai réussi à intervertir un fût et j'ai désormais une nouvelle grosse caisse et croyez-moi, je ne vais pas me priver pour faire de la concurrence à John Bohnam sur Good Times Bad Times. (écoutez les rafales de grosse caisse à 0:25, 0:30, 2:34)
Bref, je suis un homme heureux :-D

Lancer de nains : passion dévorante


Certains se disent, mais pourquoi lancer des nains ?
Eh bien voilà 7 bonnes raisons de vous convertir à ce noble art :
1. lancer des nains, c'est lancer de l'amour
2. Le lancer de nain est synonyme d'osmose entre le lanceur et le lancé. C'est une sorte de couple en somme.
3. Non, ce sport n'est pas méprisant à l'égard des personnes de petite taille : c'est un hommage
4. Il fait que le midget tossing (nom du sport en anglais) devienne discipline olympique, et vite, car cela permettra aux peuples du monde entier de fraterniser et d'accepter la différence
5. Nelson Mandela a longtemps lancé des nains lorsqu'il était emprisonné. C'était le seul sport qu'on le laissait pratiquer.
6. Lancer des nains n'est pas dangereux, il suffit simplement d'avoir le matériel adéquat : casque, harnais, genouillères etc... comme dans tous les sports de haut niveau quoi !
7. Un nain (lancé) vaut mieux que deux tu l'auras.

lundi 18 janvier 2010

Comment j'ai rencontré Etienne Daho


Ce soir, j'étais au Harry's Bar en compagnie de mon ambassadrice de charme aux origines italo-américano-françaises. La soirée était plaisante comme à son habitude et mon acolyte s'avérait de plus en plus charmante au fur et à mesure que j'apprenais à la connaître.
En nous rendant au bar afin de payer les consommations (putain de sex on the beach qui fait mal au crâne !), j'ai reconnu Etienne Daho. Oui, celui-là même tombé pour la France et à l'épaule tatoo comme un igloo. Eh ben il a été vraiment sympa. Courtois, ouvert d'esprit, il buvait une bar au zinc tranquillement. Coïncidence, j'avais regardé hier soir le clip des voyages immobiles. Paris est vraiment petit.

vendredi 8 janvier 2010

10 femmes


Ce soir fut une première pour moi : j'ai passé la soirée avec 10 nanas.
la première partie de soirée fut internationale, puisque j'ai revu l'ambassadrice de charme franco-américaine. Comme à l'habitude, nous avons passé un excellent moment et avons bien ri. La culture était également au rendez-vous puisque j'ai appris ce qu'était l'eggnog. Néanmoins, j'avoue avoir été tout de même légèrement "énervé" en remarquant la jupe et les bottes de mon acôlyte.
La deuxième partie de soirée fut tout aussi sympa, quoique beaucoup plus enlevée ! En effet, j'ai dîné avec 9 nanas. Seul mec à table, j'ai pu m'apercevoir que POL et PF n'étaient pas mortes, que Fiso avait une soeur - sacré numéro - et que Quine prenait goût à la vie parisienne. Je vous passerai certains détails scabreux, mais pour ceux qui en doutent encore, je peux vous garantir que 9 filles sont tout aussi gauloises que des garçons (si ce n'est plus). A noter qu'il y avait ce soir une représentante de l'Italie parmi nous. Je me permets de lui souhaiter la bienvenue en espérant qu'elle n'ait pas trop halluciné !

PS : nous avons mangé créole. Mon rougaille saucisse était bon mais vraiment copieux.

mercredi 6 janvier 2010

Une autre idée du bonheur

Voilà, on est mercredi. Il est midi et demi et je regarde un obscur match de foot : Thaïlande-Jordanie. Je suis en train de terminer ma présentation de demain et un délicieux cassoulet m'attend. C'est aussi ça le paradis.

lundi 4 janvier 2010

Passionnant


Tel Hannibal Lektor dégustant un de ses patients, j'ai aujourd'hui repris mes habitudes de travail. Une côté de porc avec des haricots verts, un smoothie ananas/banane/coco, de longues minutes devant Youtube à mater des vidéos de batteur, un peu de lecture bloggienne... Bref, la vie reprend son cours. Ah, tiens, en fond sonore, Reggatta de Blanc de Police.

dimanche 3 janvier 2010

Jeunesse électrique

Plus le temps passe, plus on oublie des groupes qui nous ont fait vibrer à une époque de notre vie. Voici quelques artistes qui m'ont marqué (cliquer sur les titres).

Sloy, Pop . Je les ai vu à plusieurs reprises. Ils vivaient à Rennes, comme moi.
Fiona Apple, shadowboxer. Troooop belle.
Eiffel 65, move your body. J'ai toujours rêvé de reprendre ce morceau en version métal.
Mylène Farmer, maman a tort. J'adore la rythme, même si c'est pas une vraie batterie, et surtout la basse qui groove sa mère (from 0:53).
The Police, when the world is running down. Un clip tiré du documentaire "around the world". Mistudio, mi-live. Une tuerie. Et puis ce vers assez étrange : I run Deepthroat again(quel coquin ce Sting !)
The doors, love me two times. Ici une version jouée à la télé danoise je crois. Mes 16 ans. Les Doors.
Serge Gainsbourg, Melody. J'ai mis 20 ans à aimer Melody Nelson. Mieux vaut tard que jamais. Filmé par Jean-Christophe Averty.
Julien Doré, les bords de mer. Une version cheap du clip Wicked Game de Chris Isaak.
Chris Isaak, wicked game. Héléna argh....
The cure, high. Leur dernier bon morceau.
U2, all I want is you.
Rage against the machine, bullet is the head. INCROYABLE.
Nirvana, smells like... 1991. Une copine passe un 33 tours sur sa chaîne hi fi. Tu connais ? Non. Ecoute. Le premier disque que je trouve excellent de A à Z.
Claude Nougaro, Toulouse. Sermet, Pierre de Fermat. TFC.
Stevie Wonder, superstition. Découverte de la musique black.

samedi 2 janvier 2010

2010, année de tous les délices

On a changé de décennie. Et pourtant je me souviens de toutes ces conneries de "Millenium" comme si c'était hier.
Est-ce l'avènement de l'Internet, du "temps réel", et de toute cette technologie qui a tourné la page sur la première décennie en un rien de temps ? Je n'en sais rien. Néanmoins, une chose est certaine : 2010 sera l'année de tous les délices pour moi. Pas de bonnes résolutions, comme à l'habitude, mais juste une énorme envie de faire cette nouvelle décennie mienne. Yes I can.