jeudi 17 décembre 2009

Minables, tout simplement

Cela faisait 25 ans que je les suivais. 25 ans que je vibrais quand ils étaient en coupe d'europe, que je pleurais quand ils faisaient l'ascenseur L1/L2. Une relation assez bizarre, entre haine et amour. Mais depuis hier soir, et ce triste match de Bruges, j'ai décidé de tirer un trait sur le club de mon coeur, le Téfécé.
Ceux qui n'aiment pas le foot trouveront ce post ridicule. Ceux qui sont supporters comprendront que lâcher son club, c'est comme quitter quelqu'un qu'on a aimé.
Avec rancune, cher TFC.

3 commentaires:

  1. Alors comment ça tu étais en plein deuil...
    Oh! Je suis bien triste pour toi.

    Ceci dit, lorsqu'on aime, on essaie tant bien que mal de serrer les coudes ensemble...

    RépondreSupprimer
  2. Oh tu sais Vellini, on s'est serré les coudes plus d'une fois le TFC et moi. Mais là, c'en est trop.

    RépondreSupprimer
  3. Ah non !
    Ce n'est justement pa dans les moments difficiles qu'on lache l'être aimé, l'autre qui nous a apporté tant et tant de joies et de plaisirs !
    :-))

    [Bon, en même temps, moi le foot, hein… C'est aussi passionnant que le curling mais en short, quoi ! :-)) ].

    RépondreSupprimer