jeudi 5 novembre 2009

Mais ils sont où, hein ?????

Cet été, j'étais le plus heureux des hommes : il faisait chaud et beau et les gros bonnets étaient de sortie. Depuis la rentrée, c'est la misère. Plus rien. Nothing. Nada. Walou. Z'ont disparu. Mais y sont où, bordel? J'ai bien essayé d'avertir le Ministère de l'intérieur de ces subites disparitions, mais pas de réponse. J'ai alors contacté le commissariat du 17e, mais ils n'ont rien trouvé de mieux à dire qu'ils enquêteraient. Sans me donner de date précise, bien sûr. Perso, je pense qu'ils sont séquestrés par des pull-over, des écharpes ou je ne sais quel vêtement. Je me fais du souçis. Vraiment. Si quelqu'un a des infos, je suis preneur.

9 commentaires:

  1. ben faut venir à la Défense mon gars !

    RépondreSupprimer
  2. C'est une invitation personnelle ou générale Miss Dusk ?

    RépondreSupprimer
  3. Ils se couvrent pour éviter de choper la grippe A ^^. Donc tu as bien vu, écharpes et pulls sont nous séquestrent en attendant de pouvoir être libérés dès le printemps;-D

    RépondreSupprimer
  4. Ah c'est pour ça alors Khalya...je me disais aussi, ils sont vachement bien cachés. Je crois que je vais adhérer de ce pas au FLN : le front de libération des nichons ;)

    RépondreSupprimer
  5. J'ai bien remarqué une tentative d'évasion de l'un d'eux, tentant de jaillir du décolleté de notre hôtesse d'accueil, mais il faut avouer que nous sommes climatisés ici !
    Sinon c'est une vraie misère ...
    Vivement le printemps !!

    RépondreSupprimer
  6. Salut Philo, je suis comme toi : j'attends poussivement le printemps. Et je peux te dire que je me maîtrise sacrément pour ne pas libérer de carcans ces quelques seins que l'on ne saurait voir.

    RépondreSupprimer
  7. Ah oui, mais en ce moment, il y a recrudescence de jambettes en jupe. Personnellement, ça me fera bien patienter jusqu'au printemps ! :-))

    RépondreSupprimer
  8. Je suis confuse, j'ai honte mais je ne vais pas te remonter le moral, Deftones (ni le reste).
    Car oui, moi, LA Fiso au célèbre décolleté, j'ai froid aux nibards et me réfugie depuis plusieurs semaines derrière des cols roulés. Arrgggh, horreur !
    (paradoxalement, enlever ma culotte me réchauffe bien)

    RépondreSupprimer