mercredi 18 novembre 2009

A change would do you good

J'écoutais cet excellent titre ce matin et je me disais qu'un peu de changement me ferait du bien. Pourquoi pas changer de vie, ne plus être célibataire, changer d'appartement (de quartier surtout), de métier aussi (non en fait).
Et puis, j'ai réfléchi, et je me suis fait des côtes de porc.

8 commentaires:

  1. Pliée de rire... J'adore tes billets d'humeur!

    RépondreSupprimer
  2. Oui c'est tout à fait le reflet de certains moments où l'on rêve pour finir par faire un truc super terre à terre! ;-D J'adore!

    RépondreSupprimer
  3. Khalya, Vellini, M. Chapeau : merci :-D

    RépondreSupprimer
  4. Good time for a change comme dirait l'Autre...mais il a aussi dit " Meat is murder ". Bon app' :-)

    RépondreSupprimer
  5. D'un point de vue psychanalitique, notons le parallèle inconscient réalisé par l'auteur entre la femme potentielle et la côte de porc. On se rappellera bien évidemment de la côte d'Adam qui servit de base au modèle d'origine et l'on mesurera le poids de cet espoir non dit, non verbalisé qui finalement se terminera en repas carnassier !
    :-))))

    RépondreSupprimer
  6. C'est un peu court là jeune homme!
    "Je me suis fait des côtes de porc"
    Vous les avez mis en cocotte ou au four
    à la poëlle, margarine, beurre ou saindoux ?

    RépondreSupprimer
  7. Merci Charline pour cette parenthèse Morrisseyenne. Je t'avoue qu'il ne m'a jamais bcp touché mis à part sur London, What difference, Suedehead et This Charming man. En effet, je lui ai toujours préféré Bernard Hinault, qui en connaissait lui aussi un rayon en matière de pédale(OK, je sors, elle est vraiment minable et on va me prendre pour un homophobe).

    M. Poireau, ne me prenez pas pour un jambon svp ;-)

    MS : je les ai poellées avec de l'huile d'olive, du sel, du poivre et des herbes de provence. Un délice accompagné de pâtes barrilla.

    RépondreSupprimer