lundi 5 octobre 2009

L'Espace à Compiègne

C'était en 1994. J'étais à l'époque en école de commerce et entamait ma première et unique tournée en tant que batteur d'un groupe de rock genre Red Hot Chili Peppers, mais la technique en moins.
FTB, c'était le nom du groupe, était composé d'autres étudiants de l'école, pour la plupart plus intéressés par les grosses murges rue de la soif que la compta analytique ou le marketing B to B. En bons nains du rock, nous étions 7 : un chanteur, un rapper, trois guitares, un bassiste et moi aux drums.

Partis de Rennes le jour même du concert, nous étions tout excités à l'idée de jouer devant un public qui ne nous était pas acquis : la veille, nous avions rempli une salle de 300 personnes pleine de Sup de Co(ns).
Arrivés à Compiègne vers 13 heures ("si on prend le periph à Paris avant 11h45, on arrive à Compiègne avant 13h00", dixit notre bassiste), nous sommes un peu déçus : nous allons jouer à l'ESpace, une boîte de banlieue avec une boule à facettes sur la piste de danse, des miroirs pour se mater en train de danser sous la boule à facettes, et un DJ qui parle entre les morceaux qui font tourner la boule à facettes.

D'autres groupes, eux aussi issus d'écoles de commerce, sont déjà là et nous attendent le pied ferme car nous devons faire la balance.
Nous nous exécutons, bien décidés à montrer que nous faisons beaucoup de bruit, ce qui revient, en code de musicos, à montrer qu'on a la plus grosse.
Le premier guitariste casse une corde. Le second enchaîne les gammes alors que le troisième, déjà dans son show, se met à sauter partout et se débranche d'un coup sec, ce qui manque d'électrocuter un technicien passé par là.
C'est là qu'un mec habillé en rocker vient nous dire : "Hey les gars, vous jouez ou quoi ? ". Il fait partie d'un autre groupe à l'affiche. Mon bassiste, adepte, comme JJ Burnell des Stranglers, des arts martiaux, lui balance un "mawach" dans la gueule en guise de réponse, ce qui jette un léger froid. Les organisateurs viennent nous voir mais nous la jouons soudée et ils finissent par avouer que le mec en question n'a eu que ce qu'il méritait (bien fait !).

23:00, nous attendons patiemment notre tour pour jouer, galvanisés par le stress et surtout l'alcool qui coule à flot en coulisses.
Pas rancuniers pour deux sous, nous allons voir le groupe du malheureux qui s'est fait démonter la gueule par notre bassiste et nous apercevons que la chanteuse de son groupe, une blonde à gros seins qui porte un pantalon de cuir, est plutôt "méga bonne la cochonne".
C'est alors qu'entre deux chansons et un mini "blanc", l'un de nos guitaristes, saoul comme un régiment de polonais, lache un superbe: "J'vais t'péter une veine du cul saloooooooooooooope !". Une scène digne de Mr Manatane...
Elle saute dans la foule, lui balance deux claques et remonte sur scène, le brushing toujours aussi impeccable.

23:30, à nous de jouer. Notre réputation de mauvais garçon nous vaut les caméras et nous entamons un concert qui nous vaut les cris de joie du public, décidément aussi musicien que je suis philatéliste.

01:00 du mat', la tête d'affiche, Stéphane Aberthur, une gloire locale, entame un set en playback qui lui vaut les sifflets du public. En coulisses, nous buvons des bières, et Aberthur nous rejoint avant effectuer son premier rappel. Un mec bourré sort un couteau et le menace de l'égorger s'il rechante en playback. L'Aberthur et le compiégnois ayant le sang chaud, une bagarre éclate et j'évite de justesse une chaise volante

Résultat : un nez cassé par la faute de notre bassiste. Une méga claque dans la gueule d'un des guitaristes et un Tshirt déchiré pour le chanteur à cause de la bagarre. Le pire, c'est qu'on n'a même pas pu expérimenter le fameux "tirage de groupies backstage". L'année d'après, les organisateurs ont voulu nous réinviter. Nous avons poliment refusé et avons mis le feu à la MJC de Chamberry avant de mettre Port Manech à genoux après que je me sois compromis dans un solo de batterie de 12 minutes effectué, alcool oblige, torse nu.
C'est beau une vie de rocker de sup de co !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire