samedi 30 mai 2009

Rocky, Cash and Fire


Il y a des jours où j'ai l'impression d'être Rocky Balboa. Pas celui qui a l'oeil du tigre, mais le loser du premier volet : pas de force, pas de volonté, une flemme de 400 tonnes. Alors je culpabilise. Et je mets Earth, Wind & Fire. Je retrouve instanément la pêche. Je saute sur ma batterie, entâme l'intro d'In the Stone, mets mon jogging noir et chausse mes converse. Car je la joue à l'ancienne. Pas de technologie pour atténuer la douleur quand je fais du sport. "I focus on the pain, the only thing that's real" comme disait Johnny Cash. Ou Rocky.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire