samedi 23 mai 2009

Je l'aimais


L'autre après-midi, ma tante m'a téléphoné. Passés les traditionnels 'comment tu vas ? quel temps fait-il chez toi ? etc...', nous en sommes venus à parler de "Je l'aimais", le film de Zabou Breitman.
Ma tante venait de le voir. Je lui demandaie si elle a aimé et elle me répond :
"Oh j'ai adoré , c'est exactement mon histoire avec Jean-François.
Hum... comment ça ton histoire... Eh ben si, c'est exactement comme ça que JF s'est comporté avec moi".
Et là, c'est la claque : ma tante venait de m'annoncer de but en blanc qu'elle avait été la maîtresse de JF pendant des années.

Vous avez remarqué à quel point nous sommes gênés lorsque nos parents très proches nous parlent de leurs histoires de coeur ? A quel point nous nous efforçons d'en faire des êtres assexués ?
Moi, en tout cas, lorsque ma tante m'a annoncé ça, j'ai eu l'impression d'avoir 5 ans à nouveau. Cela ne m'a pas empêché d'adorer le film pour autant.

4 commentaires:

  1. 1. En amoureuse de l'amour, je verrai ce film quand je pourrai me le... procurer. Là où je vis, point de Hadopi ;o)

    2. La vie sexuelle/amoureuse de nos ainés, effectivement, perturbant....

    RépondreSupprimer
  2. Comment ça là où je vis ? T'es pas parisienne ?

    RépondreSupprimer
  3. pas vu le film. Je ne vis pas avec l'abricotière, mais comme chez elle, ici, les mosquées remplacent les cinéma.

    Mais ce que je veux dire ici, c'est que ce livre, lu en 2004 a changé ma vie. Vraiment

    RépondreSupprimer
  4. Je t'avoue Zorg que je n'ai jamais lu Ana Gavalda ; mais j'ai vu 'ensemble c'est tout' au cinéma. Ca m'a calmé. 'Je l'aimais aussi'. Tout autant calmé. C'est pour ça que je lis en ce moment de la littérature de haut vol :'crême et châtiment' de l'entarteur. Mais je ne sui spas certain que cela change ma vie ;-)

    RépondreSupprimer